Slider Image
Veuillez prendre note que cet article de blogue peut traiter de produits ou de sujets étant en vigueur au moment de la publication, mais peut avoir eu changé depuis.
Visitez la section « Tous les produits » pour en savoir plus.

Réussir en affaires pendant la pandémie : après la pluie, le beau temps!

Publié le 23 février, 2021


Réussir en affaires pendant la pandémie : après la pluie, le beau temps!

Gonflé à bloc, le Canada se prépare à une reprise économique en 2021. On l’attendait impatiemment! La situation actuelle du Nouveau-Brunswick est à plusieurs égards enviable par rapport au reste du pays. Comment se porte le milieu des affaires dans la province? À quel point l’alimentation, secteur névralgique de l’économie, a-t-elle été touchée? Le homard viendra-t-il sauver la mise? On explore la question avec Paul Farrah, président et directeur général d’Entrepôt froid Xtreme Cold Storage Ltd.

Climat d’affaires local : une histoire de résilience

La position de M. Farrah lui confère une vision d’ensemble du domaine de l’alimentation, qui est en pleine transformation : « On couvre toutes les étapes de la chaîne logistique, de l’importation à l’exportation, ce qui nous permet d’avoir une bonne idée de la tenue de différents secteurs. »

La restauration hors foyer a tourné au ralenti toute l’année. Pas surprenant, étant donné les consignes sanitaires en place. « Le climat dans le secteur de l’alimentation de la province est particulièrement difficile. Les restaurants, hôtels et traiteurs ont été durement touchés cette année. Le ralentissement est considérable et très perceptible sur le plan des affaires », dit-il.

Cependant, M. Farrah souligne des distinctions entre plusieurs secteurs du marché. Par exemple, la demande pour les produits alimentaires d’exportations a été bonne, la plupart des Néo-Brunswickois cuisinent davantage, et certains détaillants ont même connu une bonne, voire une très bonne année.

Et la main-d'œuvre dans tout ça?

Se réinventer : la place de l’international et du numérique


Paul Farrah, président et directeur général d’Entrepôt froid Xtreme Cold Storage Ltd.

Comment les entrepreneurs ont-ils réagi face à une baisse de leur chiffre d’affaires? Pas le genre à avoir froid aux yeux, ils ont fait preuve d’une grande adaptabilité.

« Certaines entreprises productrices et exportatrices de produits alimentaires ont fait du démarchage auprès de clients étrangers, ce qui était nouveau pour elles. D’autres ont resserré leurs liens avec des clients outre-mer », explique M. Farrah. Les États-Unis ont été une destination de choix. « Les exportations y ont été très bonnes, surtout vers les supermarchés et les revendeurs ayant une forte présence en ligne. Il y a également eu des augmentations très substantielles dans certains créneaux spécifiques, comme les épiceries fines. »

La stratégie d’Entrepôt froid Xtreme pour passer à travers la pandémie

Un événement d’ampleur comme la pandémie qu’on connaît exige une bonne capacité d’analyse stratégique. C’est ce que souligne M. Farrah lorsqu’il parle d’un changement d’approche : « La distribution alimentaire aux secteurs les plus touchés représentait entre 30 et 40 % de nos activités globales. Il fallait donc bonifier notre offre pour attirer les entreprises qui œuvrent à l’extérieur de la restauration et de l’hôtellerie. »

Les nouvelles cibles de son entreprise? Les acteurs de la vente en ligne, les supermarchés et le cargo aérien pour l’exportation de produits alimentaires et non alimentaires (dont les masques et les blouses). « Le cargo aérien a progressé rondement, avec une augmentation de 33 % en 2020 par rapport à 2019. On a donc diversifié notre portefeuille client pour servir des domaines porteurs de croissance. »

Pour s’adapter à la pandémie, Entrepôt froid Xtreme a été soutenu par certains programmes gouvernementaux, dont la prestation pour les salaires, des organismes comme Exportation et Développement Canada, la BDC et FAC (un prêteur dédié au secteur alimentaire), ainsi que des mesures d’allégements de son institution financière. « Les programmes fédéraux ont dans l’ensemble eu un impact très positif sur nos affaires. Les différents organismes ainsi que notre institution financière ont également joué des rôles de premier plan. »

Boule de cristal : la reprise économique... et l’effet bungee

Selon le scénario le plus optimiste de M. Farrah, les frontières pourraient rouvrir et le tourisme reprendre d’ici le 30 juin. Mais tout n’est pas joué : « L’ouverture, puis la fermeture de pans entiers de l’économie mondiale de façon soudaine ont eu un effet bungee sur le prix de divers produits, dont certains produits de la mer.

La Chine, l’Europe et les États-Unis importent beaucoup de crabe et de homard, ce qui a priori est une bonne nouvelle. Or, l’augmentation de la demande entraîne l’augmentation des prix, puis celle de la production, qui fait de nouveau baisser les prix. Tout n’est donc pas joué, car l'effet bungee pourrait encore toucher certains produits d’ici la fin de la pandémie.

Un conseil : soyez lean, agile et efficace

Comment transformer une période creuse en prospérité? M. Farrah suggère de procéder à une restructuration interne, d’ajuster ses objectifs à long terme et de garder l'œil ouvert, car des occasions d’affaires ne manqueront pas de se présenter. « C’est une bonne période pour faire du ménage. La crise de 2008 nous a permis de saisir de belles occasions. Je ne vois pas pourquoi la crise de 2020-2021 n’apporterait pas elle aussi son lot de bons coups pour les entrepreneurs. »

M. Farrah résume en ces mots : « Ne vous découragez pas, soyez lean, agile et efficace. Si vous êtes encore en affaires à ce stade-ci, il y a de bonnes chances que vous ressortiez plus forts de cette crise et mieux préparés pour l’avenir. À la manière des coureurs de fond éthiopiens, qui s'entraînent en altitude et qui disposent d’un avantage sur les coureurs qui s'entraînent au niveau de la mer, les entreprises qui sauront rendre leurs opérations plus efficaces seront redoutables une fois que les conditions économiques seront de retour à la normale ».

Si vous êtes en réflexion par rapport à votre stratégie d’affaires et que vous avez besoin de conseils financiers, communiquez avec le service aux entreprises UNI. Nos spécialistes sont là pour vous soutenir dans cette période difficile.

Vous pourriez aussi aimer :

LE SAVIEZ-VOUS?
Votre entreprise et la crise : comment survivre à la récession
SOUTENIR
UNI aide des entrepreneurs à réaliser leur rêve
LE SAVIEZ-VOUS?
Impact de la crise financière au Nouveau-Brunswick?

Pour plus d'information

Communiquez avec nous
Prenez rendez-vous